L’agriculture locale

Quelques chiffres :

exploitations agricoles

élevages

ha de surface agricole

points de vente à la ferme

gammes de produits locaux

établissements de transformation

ha de surface agricole biologique

fermes biologiques

ha de miscanthus

fermes pédagogiques

Un riche patrimoine agricole.

La vallée de la Seine dispose d’un riche patrimoine agricole à valoriser. Depuis la période 1850-1950, compte tenu de son implantation géographique proche de l’agglomération parisienne, le développement agricole sur le territoire n’a jamais cessé.

Dans la mémoire collective, des noms de communes sont associés à certaines variétés de légumes : les poireaux de Mézières, les oignons d’Epône, les carottes de Flins et Aubergenville ou encore les navets de Bouafle. Des générations d’agriculteurs se sont succédé et, aujourd’hui encore, de nombreuses productions emblématiques y sont cultivées.

L’agriculture locale, riche de ses nombreuses exploitations, s’organise autour des plateaux, céréaliers et de la vallée de Seine, aux cultures spécialisées. La surface agricole du territoire est de plus de 15 000 hectares, dont 89 % sont exploités en grandes cultures. La majorité sont cultivés en agriculture conventionnelle, à l’exception de 600 ha, certifiés en agriculture biologique.

Les plateaux limoneux du Vexin et du Mantois accueillent principalement des grandes cultures et quelques élevages. La boucle de Guernes, impactée par les sablières, est tournée vers la polyculture et accueille la dernière exploitation laitière du territoire. Au cœur de la vallée, les cultures maraichères se plaisent sur les sols sableux. Sur les coteaux spécialisés des deux rives de Seine se développe encore l’arboriculture, le maraichage haut de gamme mais aussi les céréales.

Les exploitations agricoles se sont diversifiées au fil du temps en développant diverses activités annexes : magasin de vente à la ferme, logements étudiants, fermes pédagogiques, gîtes…